Une Nouvelle amie: des hommes et des genres.

/Une Nouvelle amie: des hommes et des genres.

Une Nouvelle amie: des hommes et des genres.

Une nouvelle amie, un film de François Ozon

Lorsque David (Romain Duris) écoute « Une femme avec toi » de Nicole Croisille, des larmes d’émotion lui viennent. Il faut dire que ce dernier vient de perdre sa femme Laura et se retrouve seul à s’occuper de leur fille. Heureusement que Claire (Anaïs Demoustier), l’amie d’enfance de Laura, a promis de veiller sur le père et sa fille. D’étranges liens vont se nouer lorsque Claire découvre le secret de David.

Un film par an. C’est le rythme de productions que le toujours très subversif François Ozon s’est donné pour livrer de films en films un peu davantage de sa personnalité. Il aborde, avec un trait parfois au début trop appuyé, le thème du transformisme et de la transsexualité. Le brillant cinéaste, après les succès de « Jeune & jolie » et « Dans la maison » , a toujours bousculé les orientations sexuelles de ses protagonistes comme dans « Huit femmes » ou encore « Swimming pool ».

François Ozon, sur ce thème grave, a pris le parti pris de la légèreté. On peut s’en étonner, surtout au début du film qui semble légèrement caricatural, mais on accepte tout à fait le choix du cinéaste qui n’a pas voulu en faire un film ni socio-dramatique ni larmoyant. Au fil du film, le personnage de David – pleinement assumé par Romain Duris – devient touchant mais Ozon ne va pas, selon nous, au bout de son personnage, au fond de sa psychologie.

Le vrai personnage d’une « Nouvelle amie » , c’est celui de Claire, exceptionnellement interprété par Anaïs Demoustier qui ne cesse de surprendre après le récent « Bird people » de Pascale Ferran. L’irrésistible fascination pour David et le trouble sexuel qu’il dégage procure au personnage de Claire un bousculement que l’actrice au visage innocent transmet avec émotion. C’est elle le pivot du film et grâce à ce personnage, François Ozon brosse un portrait ambigu d’une société qui considère la différence sexuelle comme une « perversion » pour reprendre les mots de Claire mais qui ne cesse d’interroger et de fasciner.

2014-11-09T21:05:42+00:00 9 novembre 2014|

Laisser un commentaire