Dossier: Pathé+ et les concepts marketing des cinémas.

/Dossier: Pathé+ et les concepts marketing des cinémas.

Dossier: Pathé+ et les concepts marketing des cinémas.

En ce début d’année, la firme Pathé inaugure au Wepler, son navire amiral de la Place Clichy à Paris, une salle de cinéma avec une « projection premium »: Pathé+. Si la firme au coq, pionnière du cinématographe, se démarque aujourd’hui de ses concurrents en proposant à ses spectateurs le meilleur d’une projection de cinéma, ce n’est pas la première fois que les exploitants lancent de nouveaux concepts innovants. Nous reviendrons au bas de l’article sur ce que les exploitants avaient déjà mis en place dans leurs cinémas. Où l’on voit que le marketing dans les salles de cinéma ne date pas d’hier…

Le concept Pathé+ :

Et si les spectateurs d’une même salle de cinéma regardant le même film ne paieraient-ils pas le même prix du billet en fonction de leur situation? Pathé+ ressort du placard un héritage issu des salles de théâtre: qu’on soit placé dans l’orchestre, dans les balcons ou au « poulailler » , le prix diffère. Il fut un temps où les cinémas, qui n’étaient autre que d’anciens théâtres reconvertis, appliquaient cette grille tarifaire et ce, jusque dans les années 1970, pour certains cinémas comme le Gaumont-Palace.

Dans la salle Pathé+ du Wepler, un carré central de 108 fauteuils matérialisés de couleur grise propose les meilleures places face à l’écran, en hauteur. Majorées de 2€, ces fauteuils de 65cm de large peuvent être réservés à l’avance.

Les amoureux ne sont pas oubliés: à l’instar du cinéma Mk2 Bibliothèque avec ses fameux « love seats », certains fauteuils de la salle Pathé+ du Wepler peuvent être réunis en relevant l’accoudoir. Ces « fauteuils duo » sont bien entendu placés au fond de la salle, en toute discrétion… Tous les fauteuils ont un large espace entre eux: fini les coups de genoux dans son dos!

Pathé+, ce n’est heureusement pas qu’une histoire de placement dans la salle par rapport à l’écran. C’est toute une armada de technologies de l’image et du son au service du cinéma. Par rapport aux salles traditionnelles, la salle Pathé + du Wepler diffuse sur son écran, depuis deux projecteurs numériques, des images 4K. La taille de l’écran atteint 14,25 mètres de largeur sur une hauteur de 5,96 mètres. Question son, Pathé+ a opté pour la technologie Dolby Atmos: 55 enceintes, dont 18 au plafond, sont réparties dans toute la salle!

Résultats:
– Grâce à la netteté de l’image et le son réparti dans la salle, l’impressionnante sensation d’être totalement immergé dans le film.
– Pour le porte-monnaie: c’est 1€ de plus l’accès à la salle Pathé+ et 2€ supplémentaires pour les fauteuils les mieux placés… Il faut ajouter 3€ supplémentaires pour la 3D, of course!
– Vous avez testé la salle Pathé+ du Wepler? Laisser vos impressions en bas de l’article (dans les Commentaires)

Les caractéristiques de la nouvelle salle Pathé+:

– Projection numérique (images 4K),
– Projection HFR (High Frame Rate) pour certains films compatibles,
– Écran géant,
– Son Dolby Atmos,
– Fauteuils « premiums » de 65cm de large inclinables (1€ en supplément)
– Fauteuils « duos » (à certaines places)
– Tous les fauteuils fonctionnent avec les e-Billets

Les cinémas qui possèdent des salles Pathé+:

Pathé Wepler à Paris
Pathé Beaugrenelle à Paris
Pathé Caen (prochainement)


RETOUR SUR LES CONCEPTS MARKETING DES SALLES DE CINÉMA:

Les années 1950-1960:

Une génération de spectateurs a bien connu l’époque des cinémas dits « de première exclusivité » : ces grandes salles, souvent situées dans les quartiers commerciaux et chics (les Champs-Élysées à Paris, par exemple), affichaient sur leurs façades les toutes dernières sorties de la semaine. Certaines salles avaient ainsi la primeur de proposer à leur public, à coup de grands renfort publicitaire et de façades habillées d’illustrations monumentales, les films les plus attendus avec les têtes d’affiches du moment.

A l’opposé, dans des quartiers populaires, on pouvait voir dans les petits cinémas de quartier des films de « deuxième » voire « troisième exclusivité »: la copie avait déjà tourné les semaines précédentes et arrivait souvent pas très fraîche dans ces salles… Le prix du ticket était en revanche inférieur à celui que pratiquaient les cinémas plus chics.

Les années 1980-1990:

Dans les années 1970, la mode était aux multisalles: les grandes salles ont été compartimentées en plusieurs salles pour enrichir l’offre de films dans un même complexe. Les multiplexes actuels ne font finalement que décliner ce concept.

Dans les décennies qui suivirent, on redécouvre les vertus du grand écran. Les cinémas Gaumont lancent un nouveau concept (aujourd’hui abandonné): les salles « GaumontRama ». Les salles les plus grandes du réseau sont ainsi restructurées pour permettre un confort de projection optimal: son Dolby, salle gradinée, grand écran. Le concurrent UGC surfe sur cette vague en inaugurant les salles « UGC Prestige ». Ces nouvelles approches du cinéma engendrent forcément une hausse du prix du billet pour voir le film « en grand large ». Sinon, il faut attendre quelques semaines qu’il soit à l’affiche dans des salles de capacité plus modeste. Viendront ensuite le concept UGC Ciné Cité, immenses multiplexes souvent installés au cœur de la ville.

Les années 2000:

La mode des multiplexes bat son plein. Fini le temps des micro-salles ou des « mouchoirs de poche », le gigantisme est de mise tandis qu’un réel effort est fait pour que tous les films à l’affiche du même multiplexe bénéficient d’une qualité de projection optimale. C’est louable, sauf quand il n’y a pas toujours de places pour les films d’auteur ou les films « différents » dans les multiplexes… En règle général, investissement oblige, le prix du ticket d’un multiplexe est nettement supérieur à celui du « cinéma de quartier ».

Les années 2010:

Avec l’arrivée du numérique, beaucoup de cinémas indépendants de taille plus modeste s’équipent, en partie grâce aux subventions du CNC, de matériels de projection de pointe. Des investissements sont également faits dans ces cinémas pour offrir aux cinéphiles un moment de cinéma confortable et convivial. Les grands exploitants, comme Mk2, ouvrent des salles de cinéma privées (Mk2 Paradisio à Saint-Germain-des-Prés) ou dans des lieux insolites (le Grand-Palais à Paris). Ici aussi, on se démarque de la concurrence en proposant un cinéma plus confidentiel.

En 2012, le Gaumont Montparnos, a été entièrement rénové à l’image d’un ciné-club expérimental: quatre salles avec fauteuils inclinables (larges de 65 cm) pour jouir d’une projection en position semi-allongée avec un équipement technologique à la pointe. Impressionnant.

Les multiplexes du réseau Gaumont-Pathé inaugurent les salles Imax pour que les films (souvent en 3D) bénéficient d’une sensation de réel. Les films en 3D et en Imax sont forcément majorés d’un supplément.

Bref, le marketing des salles de cinémas a de beaux jours devant lui…

[ad#pave]

2014-02-19T09:51:18+00:00 23 janvier 2013|

10 Commentaires

  1. salle cinéma paris 12 avril 2016 à 14 h 48 min

    J’ai vraiment adoré cette salle de cinéma et apprécié mon film. Concernant les prix, je ne suis pas choqué car c’est comme le train ou l’avion, si on veut plus de confort, on peut mettre plus d’argent. Si on en veut pas, on ne le fait pas 😀

  2. SCOLAN 17 février 2014 à 13 h 46 min

    15 février 2014, American Bluff, Salle N°1 Pathé Beaugrenelle, séance de 21h40.

    Avec ma compagne, nous avons voulu expérimenter cette salle. Quelle désagréable soirée ! La technique ne peut seule satisfaire les spectateurs. Odeur nauséabonde en entrant dans cette grande salle mal ventilée, une chaleur extrêmement désagréable pendant toute la séance dont tous les spectateurs se plaignaient. Les sièges sont inconfortables, donnent mal au cou, mais qui teste les prototypes ??
    Le tout pour un prix élevé de la séance à 14€, je ne retournerai en aucun cas dans cette salle. Si l’on va au cinéma en salle c’est pour y trouver un confort total : visuel et acoustique certes mais aussi général. Pathé ne semble pas avoir compris…

    DS

  3. Paul 29 août 2013 à 11 h 56 min

    Une fois encore, Pathé trouve le moyen d’arnaquer un peu plus le client. Comme si payer 12€ pour voir la dernière bouse avec Dany Boon ou le dernier blockbuster décérebré ne suffisait pas, voilà que l’on vous trouve de « meilleures » places encore plus chères… Enfin, si des gogos sont prêts à mettre 20€ dans une place de ciné, tant mieux pour Pathé. Mais que l’on ne vienne pas se plaindre que le piratage ne cesse d’augmenter, car payer 20€ pour les daubes proposées dans les ciné Pathé et la demi-heure de pub qui précède, c’est un peu cher je trouve.

  4. Claude Guilhem 27 mars 2013 à 17 h 55 min

    « Ecran géant » : 14,60 m. ?! le qualificatif est peut être démesuré , je dirais plutôt « grand écran ».
    Mais d’accord pour le reste , cela vaut le voyage ( et le prix ) ; et ce n’est qu’un début .

    Et puis le système « Dolby Atmos » est je crois le point le plus remarquable de l’installation.

    A projection superbe, son exceptionnel !
    Bravo.

  5. D.M. 1 février 2013 à 14 h 13 min

    « Je suis un client fidèle de votre cinéma et satisfait….jusque-là. Hier j’ai découvert l’offre pathé +, qui m’a laissé pour le moins surpris. Elle institue au sein de la salle (fauteuils améliorés, mieux placés….) une véritable discrimination (ségrégation) entre les clients, sur fond d’un sinistre clivage entre les riches et les pauvres. Par ailleurs, les clients habituels paient le même prix pour un service qui s’est détérioré (est-ce vraiment très commercial ?). Le résultat, des clients entassés devant, sans soucis d’éventuels contre-indications médicales ou d’inconfort et un tas de places vides au centre. Le cinéma, lieu de divertissement populaire se serait, en l’espèce, honoré de ne pas céder à une telle dérive mercantile, de regrouper les gens au lieu de les diviser. Pour la prochaine étape, je vous suggère des coussins sur le sol et une mangeoire à l’attention des clients qui auraient l’audace de demander des places standard. Sur le modèle de l’Apartheid vous venez de créer l’ A-Pathe-id.
    Il ne me semble pas que le prix d’accès au cinéma soit si dérisoire (11 euros la place), qu’il nécessite un surcoût VIP. Je continuerai (peut-être) à fréquenter votre cinéma pour les films projetés dans des salles normales, mais j’ai le regret de vous indiquer que je privilégierais désormais un autre réseau pour voir les films qui seraient projetés dans le contexte décrit. Nous avons été plusieurs à être choqués et entendons sensibiliser autour de nous sur cette dérive. Modestement, nous espérons ainsi vous atteindre au seul endroit qui semble vous importer : le portefeuille. Tièdes salutations »

  6. MarieD 29 janvier 2013 à 20 h 14 min

    Les riches sur les fauteuils gris qui regardent la plèbe sur les fauteuils rouges, plèbe qui a quand même payé pas loin de 12 euros la place pour se cramer les yeux à quelques mètres de l’écran. C’est une honte ! Le cinéma doit être accessible de la même façon à tous. Ce n’est pas l’opéra ou le théâtre. Nous changeons de salle !

  7. Nicolas 25 janvier 2013 à 0 h 54 min

    D’une manière quelque peu différente, le concept est déjà à l’oeuvre dans les cinémas ODEON à Londres (j’ai vu Skyfall de cette manière, mais il est assez facile de gruger une fois les lumières éteintes).
    Pathé ne me semble donc pas innover grand chose.

  8. Matthieu 24 janvier 2013 à 18 h 23 min

    Je ne parlerai que des tarifs. Les places au tarif « normal » sont des mauvaises places (côté, tout devant). Pathé surtaxe les places normales ! Ce système est injuste (classement des spectateurs par l’argent), immoral (il donne des mauvaises places aux plus modestes), malhonnête (il force à payer plus si toutes les places tarif normal sont prises) et stupide (on ne peut pas prendre les places plus chères après le début du film contrairement aux théâtres). Pathé menace même de faire intervenir la sécurité si on prend une meilleure place en cours de film ! Tout cette ségrégation pour le plaisir gâché de voir un film…

  9. R.H. 23 janvier 2013 à 17 h 29 min

    Pas de grand intérêt à mes yeux, mais je pense ne pas être une référence, puisque je n’ai encore jamais vu de film en 3D.
    Il y a toujours de la demande, Nico l’a prouvé.

    Note d’espoir pour les moins riches, peut-être que dans 10 ans ces équipements seront « en série » dans la plupart des salles 🙂

  10. Nico 23 janvier 2013 à 15 h 50 min

    J’ai testé cette salle pour aller voir le Hobbit.
    J’ai été beaucoup déstabilisé par l’image en HFR, qui rend le film tellement réaliste que l’on a l’impression que l’on regarde un reportage télé sur la vie des Hobbits!
    Par contre la 3D s’en trouve d’autant plus renforcée et certains paysages sont époustouflants.
    En ce qui concerne le prix des sièges en fonction de la position, ce n’est juste qu’un argument marketing supplémentaire pour augmenter le prix de la place, qui est déjà élevé pour cette salle.
    Après si ce tarif supplémentaire pour les places bien situées n’est appliqué qu’à cette salle, qui est quand même exceptionnelle par sa grandeur, cela ne me dérange pas plus que ça.
    Ce qui me chagrine c’est que le cinéma était jusqu’à présent une sortie culturelle populaire accessible à beaucoup de personne, si l’on commence à donner des privilèges supplémentaires aux personnes riches, on segmente encore la population avec les personnes aisées d’un coté, et les moins aisés de l’autre. C’est dommage.

Laisser un commentaire