Et voilà qu’Olivier Marchal nous revient avec (tiens donc!) un film de gangster, tiré cette fois-ci d’une histoire réelle: celle du « Gang des Lyonnais » qui officiait dans les années 1970. A la tête de ce groupe de malfaiteurs qui détroussait les caisses de dépôt et autres banques, Edmond Vidal, dit « Momon », un voyou à l’ancienne, avec ses codes d’honneur.

Le film d’Olivier Marchal, après le sombre « MR 73 », est construit par des flash-backs retraçant le parcours de la bande en mettant l’accent sur l’amitié de Momon (Gérard Lanvin) et Serge (Tcheky Karyo). On sent que le cinéaste est inspiré pas ses pairs, depuis Martin Scorcese en passant par Alain Corneau (pour le « Choix des Armes ») et Jean-Pierre Melville. La mise en scène est impeccable, le scénario, parfois décousu, tient la route et le casting des acteurs (c’est un film d’hommes) bien vu: quel plaisir de retrouver le trop rare Tchéky Karyo, abonné aux rôles de méchants alors qu’il a débuté avec Eric Rohmer avec « Les Nuits de la pleine lune »! Daniel Duval, Lionnel Astier et Etienne Chicot ont bien la gueule de l’emploi et ça, c’est du cinoche qu’on aime! Enfin, le toujours excellent Gérard Lanvin endosse le costume de caïd respecté et retiré des affaires qui, malgré lui, réutilisera son arme.

« Les Lyonnais », après une première demi-heure qui se cherche un peu (les flash-back sont trop nombreux, mais bien ordonnés), prend un rythme propre au film de gangster: confrontations avec la police (Patrick Catalifo dans le rôle du commissaire est absolument jouissif), règlements de comptes, impacts sur la vie privée, etc.

Heureusement qu’Olivier Marchal est là pour offrir au cinéma français les films policiers « à l’ancienne »: efficaces, bien joués et vitaminés!