« Vaghe stelle dell’Orsa » est le titre original, tiré d’un vers de Léopardi, du beau film de Luchino Visconti.

Le brillant maître filme le retour au pays de Sandra, plantureuse jeune femme (Claudia Cardinale), désormais mariée, qui foule les lieux de son enfance (la cité de Volterra et ses ruines, l’immense et vide palais de sa famille aristocrate).

Ce sera également l’occasion de revoir les siens: sa mère, son amour d’enfance et surtout son torturé de frère, Gianni.

Mais en fouillant les fantômes du passé, Sandra réveillera les anciennes passions et douleurs.

« Sandra » est un chef d’œuvre absolu par les beaux plans en noir et blanc, la musique de César Frank mêlée au souffle du vent, les liens forts et ambigus du frère et de sa sœur. Visconti filme les corps beaux, jeunes et souffrants de Sandra et Gianni (Claudia Cardinale renversante de beauté, Jean Sorel magnifique).

Le film de Visconti est aussi une formidable réflexion sur le temps, l’adolescence sublimée, le passé encombrant, douloureux et refoulé.