Un film poétique et engagé, méritant largement sa Palme d’Or de Cannes en 1982 et racontant la permission temporaire de cinq prisonniers à travers une Turquie misérable, ultra-militaire, étouffant sous le poids des traditions ancestrales et religieuses. Tous ces destins d’hommes tourneront au drame, à l’image de l’oppression du peuple kurde. Les visages de ces femmes et ces hommes détruits, la poignante musique et les beaux plans filmés dans les montagnes enneigées du Kurdistan resteront à jamais gravés dans nos mémoires de cinéma. « Yol » est indispensable.

Voir les autres critiques de films