Oss 117

Bonne suite de l’espion ringard OSS 117, même si le scénario tourne un peu en rond et s’alourdit à la fin du film, un effort est fait sur les costumes, décors, jeux des acteurs (excellent Jean Dujardin qui brocarde les films des années 60). Louise Monot, charmante, tient parfaitement la route face au détestable et grotesque Hubert. Courageux, le réalisateur et ses scénaristes s’aventurent ingénieusement dans le politiquement incorrect (les blagues racistes d’OSS), ce qui nous change des comédies de ces dernières années, trop souvent plates.

Voir les autres critiques de films