C’est arrivé demain: voir l’avenir et mourir.

/C’est arrivé demain: voir l’avenir et mourir.

C’est arrivé demain: voir l’avenir et mourir.

Le journaliste de l’Evening News Lawrence Stevens (Dick Powell) fait un soir le vœu de connaitre l’avenir afin de décrocher les meilleurs scoops. Il donnerait même « dix ans de sa vie » pour lire à l’avance les nouvelles du lendemain et réclamer une augmentation au patron du journal. Le vieil archiviste du journal Papa Benson lui remet justement un exemplaire de l’Evening News daté du lendemain… S’ensuit une course-poursuite contre le temps le jour où Lawrence apprend son décès dans le journal du lendemain…

Le distributeur Théâtre du Temple poursuit la ressortie, en version restaurée, de joyaux du Septième art après notamment « Le Bel Antonio » et « Laura nue« . C’est un film américain, tourné en 1944 alors que le cinéaste René Clair officie à Hollywood, qui fait aujourd’hui l’honneur d’être découvert sur le grand écran avant une sortie en DVD. En un temps serré et à un rythme enlevé, le réalisateur emmène les spectateurs dans une spirale infernale, en mélangeant le fantastique, la comédie et le romantisme. L’acteur Dick Powell, très à l’aise dans son rôle de fringuant journaliste, est accompagné par la ravissante Linda Darnell dans le rôle de Silvia, une voyante en tournée avec son oncle Cigolini. Ce dernier est interprété par Jack Oakie, l’inoubliable acteur qui incarne Mussolini dans « Le Dictateur » de Charles Chaplin.

Le propos de « C’est arrivé demain » ne casse pas trois pattes à un canard – connaître l’avenir c’est aussi connaître la date de sa mort et donc vivre avec cette angoisse – mais le film de René Clair possède un charme assez délectable. Le film commence par les noces d’or d’un vieux couple, dont on devinera qu’il sera constitué par les deux protagonistes, puis bascule rapidement cinquante ans en arrière afin de comprendre « l’histoire incroyable » dont ils ont été les héros. Dans une belle photo noir et blanc et dans un décor imaginant une ville américaine du début du XXème siècle, René Clair semble s’amuser – et les spectateurs avec – à filmer le récit d’anticipation d’après un récit de Hugh Wedlock.

Linda Darnell, une actrice aujourd’hui oubliée, est d’une lumineuse beauté. Rien que pour son doux visage, il faut courir voir « C’est arrivé demain » !

2018-12-26T11:44:32+01:00 26 décembre 2018|

3 Commentaires

  1. Salles-Cinema.com 28 décembre 2018 à 19 h 23 min

    Merci Yannick pour la précision sur la partition musicale.
    Et merci Dan : il faut aller au cinéma voir ou revoir ces chefs d’oeuvre, parfois oubliés!

  2. Dan 28 décembre 2018 à 18 h 06 min

    Ta critique donne envie de le.voir.

  3. Yannick Bloton 27 décembre 2018 à 18 h 39 min

    Il faut signaler aussi la musique de Robert STOLZ pour ce film. Le compositeur a été « nominé » aux Oscar.

Laisser un commentaire