Diffusé au cinéma parisien le Saint-André des Arts, le documentaire réalisé par Didier Feldmann Chroniques de la Volga revient sur une bataille – et une ville – oubliée de l’Histoire du XXè siècle: Stalingrad. Prenant prétexte d’écrits laissés par une aïeule habitant à Stalingrad durant le siège de 1942, le narrateur revient presque 80 ans plus tard sur les lieux de mémoire de la ville, aujourd’hui baptisée Volgograd.

A travers de magnifiques images en noir et blanc de la glorieuse cité soviétique, du fleuve Volga et des lieux de mémoires – dont la majestueuse statue de la Mère-Patrie – le narrateur revient sur la bataille de Stalingrad (23 août 1942 – 2 février 1943) qui, selon lui, n’est pas assez reconnue comme celle qui a décidé la libération l’Europe du joug nazi. Souvent, le rôle de l’armée soviétique est passé au second plan – malgré les sacrifices en vies humaines – au profit des libérateurs de 1944.

En moins d’une heure, Didier Feldmann nous offre un poème historique précieux et dont les images, d’une grande beauté, laissent le goût nostalgique d’une histoire collective qui se dissout au fil des ans.