On connaissait Louis-Do de Lencquesaing excellent acteur de cinéma, très prolifique depuis sa magnifique interprétation dans le film de Mia Hansen-Love « Le Père de mes enfants« . On le découvre fin réalisateur dans son premier long-métrage « Au Galop », tendre évocation des âges de l’amour.

Alors que son adolescente de fille Camille (la lumineuse Alice de Lencquesaing, fille du cinéaste) vit ses premiers amours, Paul (interprété par le réalisateur), écrivain divorcé, tombe amoureux d’Ada (Valentina Cervi), en passe de se marier. A ce moment, le clan familial de Paul perd son patriarche. La vie – et l’amour – continuent pourtant.

« Au Galop » est traité avec une douce mélancolie, avec un regard amoureux pour les femmes, qu’elles soient fille, amante ou mère. Cet homme qui approche la cinquantaine et désormais adulte par la perte de son père, la liaison adultérine qu’il vit intensément comme aux premiers jours, les émois de sa fille qui devient femme… tous ces thèmes, pourtant banals, sont ici captivants et abordés avec justesse et sensibilité.

Tourné à Paris et en Normandie, « Au Galop » n’est pas un énième film parisien-bobo. Par la finesse de son style, par la présence de ses interprètes et par une sobre réalisation, « Au Galop » rappelle ces petits basculements de vie chers à Claude Sautet.

> Les autres critiques de films.