Fougueux, intriguant, flamboyant… autant de qualificatifs pour encenser et encourager le nouveau film de Bertrand Tavernier, qui avait déjà conquis avec son dernier film noir, « Dans la Brume Électrique ».

Retour au film d’époque avec une adaptation dynamique de la nouvelle de Madame de La Fayette: le mariage forcé, sous fond de guerre de religions, entre Mademoiselle de Mézière et le Prince de Montpensier ne saura empêcher les passions et tourments de la jeune femme avec son amour de jeunesse, le Duc de Guise.

Une pléiade d’acteurs entoure la sensible Mélanie Thierry qui endosse, avec finesse, le costume de la jeune femme, partagée entre son devoir, son rang et ses transports amoureux. Face à elle, tous ses partenaires, Lambert Wilson et l’outsider Raphaël Personnaz en tête, rebondissent dans ce ballet moyenâgeux.

Tourné en décors naturels et avec une belle élégance et sobriété, « La Princesse de Montpensier » est une belle surprise.