The Lost City of Z: les voyages initiatiques de Percy Fawcett.

/The Lost City of Z: les voyages initiatiques de Percy Fawcett.

The Lost City of Z: les voyages initiatiques de Percy Fawcett.

The Lost City of Z

C’était un des grands explorateurs du début du siècle dernier, à l’heure où « l’homme blanc » n’avait pas encore foulé le pied de contrées reculées. Le colonel Percy Fawcett s’est obstiné toute sa vie durant à découvrir, lors de missions engagées par la Société géographique royale d’Angleterre, une fabuleuse cité disparue d’Amérique du Sud: Z. Dans la forêt vierge d’Amazonie, aux frontières encore floues entre le Brésil et la Bolivie, l’aventurier s’obstinera, entraînant sa famille, à percer le mystère d’une civilisation disparue, peut-être plus ancienne selon lui que la civilisation occidentale.

James Gray, plus connu pour ses magnifiques polars sombres depuis « Little Odessa » jusqu’à « La Nuit nous appartient » s’est emparé de l’oeuvre éponyme de David Grann éditée en 2009. Il accouche d’une oeuvre magnifique, tournée en 35 mm, qui transcendante les expéditions de Fawcett pour les placer sur le niveau de voyages initiatiques, lumineux et mystérieux. Certes, on ne peut s’empêcher de comparer son film au plus extraordinaire des films du genre « Aguirre, la colère de Dieu » (1972) de Werner Herzog et regretter dans « The Lost City of Z » le côté rude et fou du héros de Werner Herzog.

Le cinéaste new-yorkais a souhaité raconter les trois voyages de son héros, entrecoupés de séjour en famille en Angleterre et d’une guerre dans les tranchées de la Somme. Indéniablement, le dernier voyage est le plus beau, le plus mystique aussi. Et c’est bien cette histoire qui aurait pu, à nos yeux, être davantage développée car c’est la plus belle et plus initiatique aventure humaine que Fawcett entreprend.

Malgré des voyages trop vite expédiés dans le récit cinématographique (on ne ressent ni la lenteur, ni l’attente, ni les années qui passent) , « The Last City of Z » est un film dense, brillamment interprété par Charlie Hunman, Robert Pattinson et la magnifique Sienna Miller.

Dans un registre nettement plus mystique, il faut découvrir « L’Etreinte du serpent » de Ciro Guerra qui propose un voyage initiatique d’une dimension nettement supérieure.

2017-03-19T22:13:22+00:00 17 mars 2017|

Laisser un commentaire