Adresse: 10, rue Tholozé à Paris (18ème arrondissement)
Nombre de salles: 1
Création: 1928

L’unique cinéma de Montmartre peut s’enorgueillir, depuis 1950, de bénéficier deux célèbres parrains: Abel Gance et Jean Cocteau, ce dernier ayant lancé à propos du Studio 28 : “La salle des chefs d’oeuvre, le chef d’oeuvre des salles”.

Le Studio 28 est le cinéma des artistes: les célèbres et féeriques luminaires de la salle dont dessinés par le poète-cinéaste, tandis que le hall est imaginé le grand-décorateur Alexandre Trauner, célèbre pour entre autres « Le Quai des Brumes ». Tout respire l’élégance et le raffinement au Studio 28 immortalisé sur la pellicule avec “Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain”. C’est dans la salle de Montmartre, dont la façade s’ouvre par un auvent arqué, que se rend la piquante héroïne du film de Jean-Pierre Jeunet.

Dès ses débuts, le Studio 28 partageait des œuvres tantôt iconoclastes comme en 1930 “L’Age d’or”, le manifeste surréaliste et provocateur de Luis Bunuel et Salvadore Dali qui déclencha à la fois les foudres de la censure et le saccage de la salle, tantôt dès l’après-guerre les rééditions de films du répertoire comme le “Napoléon” d’Abel Gance. On raconte que l’acteur Albert Dieudonné, qui incarnait l’Empereur, venait assister au Studio 28 vêtu de son costume.

La pentue rue Tholozé qui mène à la Butte jouit ainsi d’une halte de charme – et de cinéma – avec le Studio 28, une salle de 170 fauteuil qui doit son nom à l’année de son ouverture: 1928.

Programme et tarifs du cinéma Studio 28 à Paris.