Fermeture du Pathé Cordeliers à Lyon.

/Fermeture du Pathé Cordeliers à Lyon.

Fermeture du Pathé Cordeliers à Lyon.

Façade du cinéma Pathé Cordeliers à Lyon.

L’un des plus anciens cinémas de Lyon, le Pathé Cordeliers, ferme ses portes à la fin du mois de février 2016. Doté de sept salles, ce complexe exploité par la puissante firme Pathé depuis 2006 n’a vraisemblablement pas résisté à la pression de son propriétaire ANF Immobilier.

Inaugurée en 1880, cette ancienne salle de spectacle, La Scala, s’est peu à peu tournée vers les projections cinématographiques pour s’y consacrer entièrement en 1938. La Scala, exploité par UGC dans les années 1950 et 1960, cède à la vague des multisalles en 1972: sept salles sont ainsi programmées à l’UGC Scala jusqu’en 1984, date de la première fermeture du complexe.

Un an plus tard, le groupe Adira rénove les salles et inaugure la Nef Scala à Noël 1985. Le cinéma change plusieurs fois d’enseignes: Les 7 Nef puis, avec l’ajout d’une salle supplémentaire, Les 8 Nef.

Lyon perd ainsi sa salle centenaire de la Presqu’île après la fermeture de trop nombreuses salles parmi lesquelles:

  • l’ABC (14 rue Confort – 2 salles)
  • l’Aiglon (2 rue Stella – 1 salle de 125 fauteuils)
  • l’Ambiance (12 rue de la République – 1 salle de 215 fauteuils)
  • Les Ateliers (5 rue du Petit David – 1 salle de 120 fauteuils)Le Bellecour (4 place Le Viste – 1 salle de 227 fauteuils)
  • La Caméra (83 rue de la République – 1 salle de 183 fauteuils),
  • Le Canut (2 salles de 200 et 40 fauteuils)
  • Le Chanteclair (136 boulevard de la Croix-Rousse – 3 salles de 296, 296 et 69 fauteuils)
  • Le Cinéjournal (71 rue de la République – 3 salles de 365, 296 et 69 fauteuils)
  • Le Club (3 rue Childebert – 1 salle de 196 fauteuils)
  • Le CNP Terreaux (40 rue du Président Herriot – 3 salles de 156, 85 et 56 fauteuils)
  • Le Concorde (32 rue Thomassin – 5 salles)
  • Le Coucou (59 rue des Archers – 185 fauteuils)
  • Le Duo (96 rue du Président Herriot – 1 salle de 200 fauteuils)
  • L’Empire (60 rue Victor-Hugo – 1 salle de 530 fauteuils)
  • Le Familia (262 rue Duguesclin – 1 salle de 175 fauteuils)
  • Le Familial (30 rue de Condé – 1 salle de 280 fauteuils) devenue Salle Sainte-Croix
  • Le Gambetta (8 place Gabriel-Peri – 1 salle de 330 fauteuils)
  • Le Gaumont-Royal (20 place Bellecour – 1 salle de 594 fauteuils)
  • Le Gaumont-Tivoli (23 rue Childebert – 4 salles de 587, 120, 113 et 91 fauteuils)
  • Les Gémeaux (73 rue de la République – 190 et 106 fauteuils)
  • Le Gloria (30 cours Gambetta – 1 salle de 715 fauteuils)
  • Le Grolée (6 rue Grolée – 1 salle de 378 fauteuils)
  • Le Cinématographe (44 cours Suchet – 1 salle de 200 fauteuils)
  • Le Malesherbes (9 rue du Docteur Mouisset – 1 salle de 446 fauteuils)
  • Le Moncey Ciné-Lux (46 rue Dunoir – 1 salle de 600 fauteuils)
  • Le Paramount (75 rue de la République – 2 salles de 500 et 78 fauteuils)
  • Le Paris (22 rue Thomassin – 1 salle de 285 fauteuils) rattaché au Pathé Cordeliers
  • Le Splendor (17 rue Puits-Gaillot – 1 salle de 266 fauteuils)
  • Le Studio Elysée (14 rue Basse-Combalot – 1 salle de 280 fauteuils) devenu le Théâtre de l’Elysée
  • Le Sully 129 (129 rue de Sully – 1 salle de 500 fauteuils).

La liste des salles disparues dans la ville qui a accueilli le premier film de cinéma, « La Sortie de l’usine Lumière à Lyon » (19 mars 1895 rue Saint-Victor à Lyon) , est étourdissante.

2016-07-09T20:52:26+00:00 20 février 2016|

Laisser un commentaire