Cinéma Translux Elysée 2 à La Celle-Saint-Cloud

/Cinéma Translux Elysée 2 à La Celle-Saint-Cloud

Cinéma Translux Elysée 2 à La Celle-Saint-Cloud

Adresse: Centre commercial Elysée 2 – route de la Jonchère à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines)
Nombre de salles: 1 puis 2

Les frères Jo et Samy Siritzky, un duo aujourd’hui oublié de producteurs, distributeurs et exploitants, ouvrent au début de l’année 1966 le Translux Elysée 2. Celle salle de cinéma est installée dans le premier centre commercial d’Europe inauguré à La Celle-Saint-Cloud, une commune des Yvelines qu’on surnomme alors « le Paris parallèle ».

Un des premiers cinémas installé dans un centre commercial.

Pour les frères exploitants à qui tout réussit, l’ouverture d’une salle luxueuse en dehors de Paris permet d’amener tout le confort des cinémas des Champs–Elysées dans cette partie cossue de la banlieue Ouest. L’architecte des cinémas Georges Peynet planche sur ce nouveau concept et créé le cinéma du centre commercial Elysée 2 au pied d’une résidence de standing.

Ci-dessus: la façade du Translux Elysee 2 en 1965.

La salle, légèrement gradinée, comporte 500 fauteuils répartis dans un grand orchestre, aucun balcon n’étant prévu. La cabine est équipée de quatre appareils et située à un angle de projection pratiquement horizontal.

La salle est équipée en 70MM et en son stéréophonique. L’écran qui occupe toute la largeur de la salle se développe sur 10 mètres de largeur et 4,5 mètres de hauteur.

La revue La Cinématographie française commente ainsi l’ouverture du Translux Elysée 2 : « Entre un rythme de pilastre en Laque d’Ambre où jouent différents tons d’or, se développe un drapé bayadère. Ce drapé se continue dans le mouvement du rideau de scène… la lumière est diffusée au travers de boules opalines décorées de dentelles de cuivre verni ».

La Translux Elysée 2 se positionne clairement sur le créneau du luxe, la salle du centre commercial disposant de l’air conditionné, fait rare à l’époque.

Une innovation technologique équipe le Translux, comme dans tous les complexes du circuit des frères Siritzky: un tableau synoptique placé dans le hall permet au spectateur, en un coup d’oeil, de visualiser les places libres de la salle.

Le Translux Elysée 2 est inauguré avec la projection de « Quoi de neuf Pussycat » de Clive Donner et s’assurera l’exclusivité en banlieue Ouest de « My Fair lady » de George Cukor projeté en 70MM et en version originale.

Au même moment, Jean-Charles Edeline ouvre le cinéma C2L à Versailles. Les films en exclusivité arrivent désormais en même temps qu’à Paris. A cette époque, ces nouvelles salles sont modernes et confortables et constituent les prémisses des grandes mutations à venir avec les complexes d’exclusivité de banlieue.

Le Paramount Elysée 2, fleuron des frères Siritzky.

En 1972, alors que le proche cinéma Cyrano de Versailles est transformé en un complexe de six salles d’exclusivité et que la SOCOGEX ouvre deux salles à Parly 2 dans le premier centre commercial en terme de superficie, le circuit Parafrance des frères Siritzky restructure son cinéma de La Celle-Saint-Cloud: le Paramount Elysée 2 ouvre deux salles en lieu et place du cinéma mono-écran .

Les films distribués par Parafrance seront ainsi programmés dans le cinéma de La Celle-Saint-Cloud plutôt que chez les exploitants concurrents.

Mais la faillite de Parafrance au mitan des année 1980 entraîne la fermeture du Paramount Elysée 2 en 1986, un cinéma qui n’a pas dépassé ses vingt ans d’activité.

Ci-dessus: le hall du Translux Elysée 2 en 1965.

Ci-dessus: le hall du cinéma Translux Elysée 2 avec son tableau synoptique.

Ci-dessus: la salle unique du cinéma Translux Elysée 2 en 1965.

Le Paramount Elysée 2 en 1972:

Ci-dessus: la salle est divisée en deux salles, Paramount Elysée 2 A et B

Ci-dessus: l’autre salle du Paramount Elysée 2 A et B

Sur le même thème: histoire des cinémas de Versailles.

Remerciements: M. Thierry Béné.

Documents: La Cinématographie française

2018-07-26T15:53:42+00:00 22 février 2018|

2 Commentaires

  1. Philippe 21 juin 2018 à 21 h 39 min

    Bonjour je suis triste de ne pas avoir connu ces salles si belles chics classe et tout et tout et tout pourquoi détruire tout pour faire du moche ?????

    Je suis dégoûté Philippe

  2. Philippe Célérier 23 février 2018 à 23 h 46 min

    Bravo pour ce bel article sur ce cinéma, bien oublié de nos jours…
    Juste une précision : la commune de La Celle Saint-Cloud est bien située dans les Yvelines (78), et non dans les Hauts-de-Seine, à l’inverse de Saint-Cloud !
    Cordialement.

Laisser un commentaire