Cinéma Empire à Paris

/Cinéma Empire à Paris

Cinéma Empire à Paris

Adresse: 41 avenue de Wagram à Paris (XVIIème arrondissement)
Nombre de salles: 1

Avant de devenir une salle de cinéma dans les années 1930, l’Empire est déjà d’une salle renommée pour le music-hall. Comme de nombreux théâtres, la salle est utilisée, avec l’arrivée du parlant, en salle de projections cinématographiques tout en maintenant les représentations de spectacles.

Le 12 avril 1934, la Metro-Goldwyn-Mayer sort sur l’écran de l’Empire « La Reine Christine » avec Greta Garbo. Après un retour au music-hall à la fin des années 1930, la salle se consacre de nouveau au cinéma dès la libération avec des films en exclusivité tels « La Bataille du rail », « Pinocchio » ou encore « Fantasia ».

Ci-dessus: plan de l’Empire en 1928 paru dans Le Tout-Cinéma.

1955, l’aventure du Cinérama à l’Empire:

Le procédé Cinérama est installé à l’Empire, un peu sur le modèle du cinéma Casino de Londres une ancienne salle de théâtre devenue cinéma. Les projections en Cinérama débutent dès le 18 mai 1955 avec le premier film tourné avec cette technique et intitulé « Voici le Cinérama (This is Cinerama) ». Trois projecteurs diffusent le film sur un écran incurvé.

Le Cinérama devient vite une attraction incontournable que de nombreux spectateurs parisiens expérimentent. Comme au théâtre, on réserve ses places dans les agences à l’avance.

Les programmes en Cinérama défilent à l’Empire avec les projections de « Holiday » le 16 janvier 1957, « Les Sept merveilles du monde » le 12 mars 1958, « Les aventures des Mers du Sud » le 7 novembre 1959 et « A la recherche du Paradis » le 18 mai 1960.

Ci-dessus: la façade de l’Empire-Cinérama, avant sa reconstruction des années 1960.

Le 1 novembre 1960, l’Empire ferme ses portes: la salle est entièrement démolie puis reconstruite. Adaptée pour le Cinérama avec une projection parfaitement horizontale, la revue Le Film français précise alors: « un écran de 10 mètres sur 30 mètres développe sa surface concave du plancher au plafond et d’un mur latéral à l’autre ».

La nouvelle salle de 1200 fauteuils présente des proportions impressionnantes: l’orchestre comporte 900 fauteuils et la mezzanine 300 « fauteuils club ». Dès le 5 février 1962, le film « La Grande rencontre » inaugure l’affiche de l’Empire flambant neuf. Suivront « La Conquête de l’Ouest » le 27 novembre 1962 puis « Les Amours enchantées » le 18 septembre de l’année suivante.

Mais la production de films en Cinérama triple-écran cesse. L’Empire adapte sa salle pour accueillir des films en 70mm et en Super Panavision comme « La Chute de l’empire romain » ou « My Fair Lady ».

Ci-dessus: le film de Stanley Kubrick projeté à l’Empire et au Gaumont-Palace.

Jacques Tati sort en exclusivité à l’Empire son film « Play-time » en 70mm. Le nouvel écran de la salle est moins incurvé que le précédent. C’est justement sur cet écran que sera programmé le 27 septembre 1968 le film de Stanley Kubrick « 2001, l’odyssée de l’espace » alors que l’autre grand temple du cinéma parisien, le Gaumont-Palace, l’exploite en version française sur son écran Cinérama.

Dès le 22 mai 1971, le Cinérama est de retour à l’Empire avec la réinstallation de l’écran incurvé et la ressortie de « La Conquête de l’ouest » et avec celle, le 22 mars de l’année suivante,  du « Monde merveilleux des contes de Grimm », le nouveau titre des « Amours enchantées ».

Ci-dessus: la nouvelle salle de l’Empire-Cinérama Théâtre Abel Gance.

Après celle du Gaumont-Palace, la fin de l’Empire:

Le 1er août 1972, quatre mois seulement après la fermeture définitive du Gaumont-Palace, la salle de l’Empire ferme à son tour ses portes. C’est la projection du film inaugural du procédé triple-écran « Voici le Cinérama », rebaptisé pour l’occasion « Place au Cinérama », qui clôt l’aventure cinématographique de la salle de l’avenue de Wagram.

La salle sera reprise par la SFP pour l’utiliser en studio de télévision. Le Théâtre de l’Empire est détruit par un incendie le 13 février 2005 qui achèvera sa carrière de salle dédiée au spectacles. Détruit, l’Empire est aujourd’hui remplacé par un hôtel de luxe.

Remerciements: M. Thierry Béné.

Ci-dessus: coupures de presse des films projetés à l’Empire-Cinérama.

Ci-dessus: l’Empire est transformé en studio pour la télévision.

2018-01-21T17:35:35+00:00 21 janvier 2018|

Un commentaire

  1. Claude Guilhem 22 janvier 2018 à 18 h 53 min

    Et puis qui ne se souvient au temps de la SFP de l’émission publique de Jacques Martin : « C’est dimanche, bon dimanche sur vos applaudissements « , enregistrée le samedi à
    l’Empire et diffusée sur la 2° chaine couleur tous les dimanches après midi !

Laisser un commentaire