Evénement: visite de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

/Evénement: visite de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Evénement: visite de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Il y a quelques semaines, Salles-cinema.com vous annonçait l’ouverture de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, cette « maison du trésor » de la collection Pathé pour reprendre les termes de Renzo Piano. L’architecte célèbre pour Centre Pompidou a imaginé, derrière la façade de l’ancien théâtre et cinéma des Gobelins décorée par le jeune Auguste Rodin, une immense bulle de verre et de lamelles métalliques telle la carapace d’un scarabée argenté.

Les archives de Pathé, en dehors des films, sont ainsi précieusement conservées au cœur de Paris. Outre la conservation de documents et d’objets exceptionnels, Jérôme Seydoux a souhaité ouvrir ses trésors au public: une salle de cinéma propose une programmation de films muets accompagnés d’un pianiste. Une exposition permanente révélant des caméras et des affiches de films est également accessible à tous les amoureux du cinéma. (Voir l’article dédié à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé).

Le XIII arrondissement semble le plus cinéphile de capitale: l’inauguration de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé aujourd’hui et l’ouverture prochaine du cinéma des chefs d’œuvres du patrimoine Les Fauvettes, les amoureux du 7ème art disposeront d’une véritable cinémathèque sur grand écran.

A l’heure du virtuel, Jérôme Seydoux propose un voyage aux sources de cette industrie et nous replonge dans la magie du plus populaire de tous les arts: le cinéma.

A quelques heures de l’ouverture officielle, sa présidente Sophie Seydoux et son directeur Arnaud de Fontenay ont invité la presse et les amoureux du 7ème Art. Le maître des lieux et actuel président de Pathé, Jérôme Seydoux ainsi que l’architecte Renzo Piano étaient de la fête. Salles-cinema.com également!

Ci-dessus: L’architecte Renzo Piano revient sur la genèse de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Ci-dessus: la façade de la Fondation, dont les sculptures sont d’Auguste Rodin, abritait auparavant un théâtre puis le cinéma Gaumont Rodin.

La collection de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé: 

Au premier étage de la Fondation, une partie de l’impressionnante collection de Pathé y est exposée. La société Pathé a exercé, depuis ses débuts, tous les métiers du cinéma: fabricant de caméras, de pellicule (avec Kodak-Pathé), d’appareils-photos, production et distribution de films, exploitation de théâtres, etc.

Ce premier étage, ouvert au public, recèle de trésors parfois centenaires comme les caméras Pathé et les affiches des films des studios Pathé.

Ci-dessus: « Pas 1 pas… sans Pathé », publicité pour les caméras portatives.

Ci-dessus: visionneuse Pathéorama.

Ci-dessus: affiche publicitaire pour les Cinématographes et Films Pathé Frères.

Ci-dessus: affiches de films muets Pathé.

Ci-dessus: différents modèles de caméras Pathé.

Ci-dessus: « Tous y mènent leurs enfants! », publicité pour les Cinématographes et Films Pathé Frères.

Ci-dessus: affiche pour « Pathé Journal, horizons du monde »

Les archives de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé

Au deuxième et troisième étages du bâtiment conçu par Renzo Piano, les archives « non-films » de la maison Pathé sont conservées. Dans les linéaires qui, mis bout à bout atteignent deux kilomètres, des documents exceptionnels minutieusement rangés: des affiches de cinéma, bien sûr, mais aussi les supports publicitaires qui accompagnent la sortie d’un film Pathé: photos d’exploitation, dossiers de presse, goodies, etc.

On trouve également dans la collection des scénarios, des esquisses et croquis pour les décors d’un film, des livres comptables, des correspondances, etc.

Sous la voûte de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Au dernier étage de la Fondation, la bulle faite de verre et de lames métalliques est enfin visible sous l’ossature intérieure de bois. Les bureaux de la Fondation ainsi qu’un centre de recherches occupent le vaste et lumineux espace où le bois et le verre participent à un environnement d’apaisement. Une immense bibliothèque habille l’un des murs de l’étage. On n’a qu’une envie: feuilleter jusqu’au petit matin les mille et un livres sur le cinéma.

La salle de cinéma de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Elle n’est pas très grande – 70 fauteuils – mais, très confortable, elle vaut le détour. Ouverte au public, la salle de cinéma Charles Pathé propose, à raison de deux séances par jour en semaine et quatre séances le samedi, une programmation de films muets restaurés du catalogue Pathé. Qui imaginerait découvrir dans une « vraie » salle de cinéma des œuvres qui datent du début du XXème siècle?

Le clou du spectacle, c’est l’accompagnement par un pianiste, comme au début du cinématographe, des projections de films muets. Redécouvrir les débuts du cinéma avec ce piano dans la salle procure une sensation pure et rare.

Un projecteur 35 mm (Kinoton) ainsi qu’un projecteur numérique (Sony) permettent de diffuser sur grand écran des films rares dont certains inventifs et poétiques, sont de véritables chefs d’œuvres.

La salle de cinéma Charles Pathé est ouverte du mardi au vendredi de 13h à 18h et le samedi de 10h à 19h
Billet couplé: une séance de projection + accès libre aux espaces d’exposition
Tarif : 6,00 € 
Tarif réduit (moins de 14 ans) : 4,00 €

Ci-dessus: la salle de cinéma de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Le jardin de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

A la place de ce qui était l’arrière-cours de l’ancien théâtre et cinéma des Gobelins, Renzo Piano a souhaité un jardin épuré où des bouleaux frémissent au vent. Loin de la rumeur de la ville, le jardin propose une vue stupéfiante de l’arrière du « scarabée », la bulle de verre et de métal de la Fondation.

Ci-dessus: vue de l’arrière du bâtiment de Renzo Piano pour la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Sur le même thème:

> L’ancien théâtre et cinéma des Gobelins

> Ouverture de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (depuis le théâtre des Gobelins jusqu’à la collection Pathé)

> Exposition Gaumont, 120 ans de cinéma, au CentQuatre à Paris.


2015-03-13T14:36:12+00:00 5 septembre 2014|

5 Commentaires

  1. La Pagode ne doit pas fermer | Salles-cinema.Com 8 novembre 2015 à 21 h 07 min

    […] dit que Jérôme Seydoux, à l’initiative de la Fondation Pathé et du récent Les Fauvettes pourrait racheter La Pagode et assurer ainsi sa vocation […]

  2. […] que le Rodin est devenu en 2014 la magnifique Fondation Jérôme Seydoux – Pathé, le Gaumont Gobelins en octobre 2015 rouvre ses portes sous son enseigne d’origine Les […]

  3. Mado de Nice 8 septembre 2014 à 17 h 29 min

    Merci Riri pour vos commentaires.

  4. Claude Guilhem 6 septembre 2014 à 9 h 11 min

    En tous points : GENIAL!!!

  5. Riri 5 septembre 2014 à 20 h 03 min

    Merci pour cette avant première détaillée et instructive.
    Merci pour votre site

Laisser un commentaire