Evénement: ouverture la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

/Evénement: ouverture la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Evénement: ouverture la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Le XIIIème arrondissement de Paris a décidément le vent en poupe du côté du 7ème Art. Après l’annonce de la restructuration du Gaumont Gobelins dont les cinq salles de cinéma seront dédiées aux films du patrimoine, après l’ouverture de quatre nouvelles salles d’Art et Essai au Mk2 Bibliothèque au sein de la BnF, le quartier voit, avec la Fondation Jérôme Seydoux Pathé, un nouveau souffle porteur après les espoirs déçus sur la réouverture du cinéma Gaumont Grand Ecran de la place d’Italie.

A deux pas de la vaste place d’Italie, sur l’avenue des Gobelins, se prépare l’inauguration des nouveaux locaux de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé. Cette fondation a été créée par Jérôme Seydoux, l’actuel président de Pathé, l’une des plus anciennes major encore actives. Pathé, c’est bien sûr cet acteur majeur dans la production et la distribution de films ainsi que dans l’exploitation de salles de cinéma en France et en Europe (sous le G.I.E. Les cinémas Gaumont & Pathé). C’est également un patrimoine centenaire tant pour son catalogue de films produits que pour ses archives « non-films »: matériels, affiches, photographies, etc.

Dès 2006, Jérôme Seydoux imagine une fondation dédiée à la conservation de ce patrimoine historique qui ne comporte cependant pas les films, ces derniers étant conservés au sein de Gaumont-Pathé Archives. La naissance de la fondation, déclarée d’intérêt public, succède au département Patrimoine de la société que le président de Pathé avait voulu quelques années plus tôt.

Les archives de la Fondation regroupent ainsi une très riche collection qui devait être conservée dans un lieu à la hauteur de sa richesse: un ancien théâtre, dont la façade historique est classée, remis au goût du jour par l’un des plus talentueux architectes actuel, Renzo Piano.

Le Théâtre des Gobelins et l’ancien cinéma Rodin

C’est un jeune sculpteur, Auguste Rodin, qui s’attelle en cette année 1869 à l’ornementation de la façade du nouveau théâtre en construction sur l’avenue des Gobelins, une artère reliant les XIIIème et Vème arrondissements parisiens. L’architecte Alphonse Cusin imagine, derrière l’étroite entrée de ce qui deviendra le Théâtre des Gobelins, une vaste salle à l’italienne. La parcelle de la salle est bien plus vaste que l’entrée du bâtiment: le théâtre comptait ainsi près de 800 fauteuils.

Le jeune sculpteur, alors étudiant aux Beaux-Arts et à l’École des Gobelins, se fait remarquer par les deux sculptures qui encadrent le balcon et ses colonnes: l’une, incarnée par l’homme, représente le Drame, l’autre, par la femme, la Comédie.

A l’instar d’un grand nombre de théâtres lorsque le succès du cinématographe explose, la salle des Gobelins se tourne elle aussi vers le 7ème Art: dès 1906, des projections de films de fiction et des documentaires sont proposées en alternance avec la scène théâtrale.

L’essor de l’industrie du cinéma ne cesse de se confirmer tout au long des décennies suivantes. En 1934, le Théâtre des Gobelins affiche exclusivement des projections cinématographiques. En 1969, le cinéma qui s’appelle désormais Le Rodin ajoute une deuxième salle à la salle originelle.

La société Gaumont reprend l’exploitation du cinéma Rodin en 1993, le restaure, le baptise Gaumont Gobelins Rodin et y assure une programmation complémentaire à son autre cinéma, le Gaumont Gobelins Fauvettes, situé sur la même avenue.

Est-ce la rentabilité d’un cinéma de seulement deux salles qui est mise à l’index ou bien la concurrence de son paquebot voisin sur le déclin, le cinéma Gaumont Grand Ecran Italie, qui décide la société à la marguerite de fermer le Gaumont Rodin en 2003?

Il fallait un projet audacieux, qui continuerait de faire vivre le 7ème Art, pour redonner des couleurs à l’ancien théâtre et cinéma des Gobelins fermé depuis plus de dix ans.

Un bâtiment futuriste, imaginé par Renzo Piano

Lorsque Jérôme Seydoux décide de transférer les archives « non-films » de Pathé, alors conservées au siège parisien de la rue Lamennais, il s’agit de dénicher un site à la hauteur du patrimoine exceptionnel de la société. Le cinéma Gaumont Gobelins Rodin, en attente de reconversion, semble tout trouvé pour recevoir la collection de la société centenaire.

Le lieu possède une façade prestigieuse et classée dans un arrondissement de Paris, le XIIIème arrondissement, qui semble être porté par un vent nouveau avec ses récents sites comme le multiplexe Mk2 Bibliothèque qui fait salle comble et qui ouvre quatre nouvelles salles de cinéma en 2014, comme l’université Paris Diderot qui accueille ses étudiants dans d’anciens entrepôts, comme la Cité du Design qui s’installe sur les docks ou comme la halle Freyssinet, choisie par Xavier Niels, le PDG de Free, pour installer son futur incubateur de startups.

Le patron de Pathé demande à Renzo Piano, resté célèbre pour le Centre Pompidou, d’imaginer un site original tout en laissant intacte la façade protégée. L’architecte conçoit, derrière la façade historique, une immense structure en coque recouverte de panneaux de verre et constituée de 7 000 volets protecteurs. Les cinq étages de la Fondation accueillent, dans un environnement intérieur en bois et en acier, une salle de cinéma, un centre d’exposition consacrée au appareils cinématographiques ainsi que des espaces de recherches et de documentations.

Les richesses de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Les amoureux du patrimoine du cinéma peuvent ainsi, dès le 10 septembre 2014,  pousser les portes de la Fondation, lieu cinématographique pluridisciplinaire qui témoigne du cinéma à travers l’histoire de la société Pathé.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose:
– Au sous-sol: une salle de cinéma baptisée Charle Pathé, d’une capacité de 70 fauteuils, qui permet la projection de films du patrimoine. Deux projecteurs 35 mm Kinoton modèle FP30 E et FP38 E (16/35) à vitesse variable, équipés de lampes Xénon 1000 watts, et un projecteur Sony 4K modèle SRX R320 permettent le visionnage des films;
– Au premier étage: un centre d’exposition permanentes présentant la collection de la Fondation, dont 200 appareils cinématographiques Pathé qui témoignent l’évolution technologique des projections depuis 1897 jusque vers 1980;
– Au cinquième et dernier étage, sous la coque de verre: un centre de recherches et de documentation.

La collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, qui conserve les archives de la société depuis la création de Pathé en 1896 par les frères Emile et Charles Pathé, rassemble:
– 4 500 affiches, enseignes, maquettes et dessins,
– 500 000 photographies d’exploitation, de plateau et de tournage,
– plus de 400 appareils et accessoires,
– 30 000 documents imprimés : programmes, catalogues de films et d’appareils, scénarii, dossiers et revues de presse, manuels d’exploitation, synopsis, bibles de tournage…
– plus de 4 500 ouvrages,
– 110 titres de périodiques,
– 350 objets et costumes de cinéma,
– Des ouvrages et périodiques, ainsi que les archives administratives et juridique de Pathé.

Adresse de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

73 avenue des Gobelins – 75013 Paris
Tarif: 6€
Tarif réduit: 4 €
Le billet comprend une séance de cinéma dans la salle Charles Pathé et l’accès aux expositions.

> Inauguration de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (photos de la collection et du bâtiment de Renzo Piano)

Ci-dessus: la façade classée de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé avec ses sculptures réalisées par Auguste Rodin.

Ci-dessus: l’architecte Renzo Piano a conçu la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé sous une immense coque de verre. Photo: Michel Denancé.

Ci-dessus: sous la coque de verre, au dernier étage, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé acueille un centre de documentation. Photo: Michel Denancé.

Sur le même thème:

> Inauguration de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (photos de la collection et du bâtiment de Renzo Piano)

> L’ancien cinéma Rodin (photo et historique du Gaumont Gobelins Rodin)

> Le cinéma Gaumont Gobelins en travaux: le futur cinéma Les Fauvettes consacré aux films du patrimoine.

> Le cinéma Gaumont Alésia en travaux

2014-09-08T11:25:00+00:00 16 août 2014|

4 Commentaires

  1. […] Jacques Prévert s’est donc forgé une culture cinématographique éclectique. La Fondation Jérôme Seydoux – Pathé, outre des documents personnels (photos, carnets) issus notamment de Fatras – Succession […]

  2. […] > La Fondation Pathé – Jérôme Seydoux, avenue des Gobelins. […]

  3. Salles-cinema.com 5 septembre 2014 à 22 h 11 min

    C’est le 10 septembre que le public aura accès à la Fondation: la salle de cinéma avec ses films muets accompagnés d’un pianiste, l’exposition permanente d’affiches, de projecteurs et de caméras ainsi que la promenade dans le jardin.

  4. Gilles SURY-ENAULT 31 août 2014 à 8 h 52 min

    Madame, Monsieur,
    Pouvez-vous me dire à quelle date à lieu l’inauguration de la Fondation Jérôme Seydoux. Dans l’attente de vous lire. Bien Cordialement.

Laisser un commentaire