Interview: « L’aventure des cinémas Utopia » par Anne-Marie Faucon, co-fondatrice.

/Interview: « L’aventure des cinémas Utopia » par Anne-Marie Faucon, co-fondatrice.

Interview: « L’aventure des cinémas Utopia » par Anne-Marie Faucon, co-fondatrice.

 
Ci-dessus de gauche à droite: Patrick Troudet, Michel Malacarnet et Anne-Marie Faucon lors de l’ouverture de l’Utopia Saint-Siméon à Bordeaux.

Que la fête commence! Utopia, le réseau indépendant de salles de cinéma d’Art et Essai, fête ses 40 ans cette année. C’est en 1973 que deux jeunes complices passionnés de cinéma, Anne-Marie Faucon et Michel Malacarnet, ouvrent leur première salle au cœur d’Avignon. Aidés par des fous de cinémas comme eux, spectateurs bénévoles, bricoleurs ou généreux donateurs, ils parviennent à ouvrir leur premier ciné-club à Aix-en-Provence. La première salle arborant l’enseigne Utopia est inaugurée en 1976 dans une ancienne chapelle à Avignon.

Au fil des années, les ouvertures de salles Utopia, à la décoration qui allie la brocante et la bohème, s’enchaînent dans le sud de la France que ce soit à Toulouse, à Bordeaux, à Montpellier et autour de Paris à Saint-Ouen l’Aumône et à Pontoise. L’aventure des cinémas Utopia s’est aussi faite d’expériences plus courtes comme à Valence, à Toulon et à Manosque et a même atteint la capitale avec l’Utopia Champollion devenu la Filmothèque du Quartier Latin.

Aujourd’hui, « l’esprit Utopia » est toujours présent, intact: du cinéma souvent engagé à travers une programmation riche et variée exclusivement en version originale, pas de publicité et encore moins de pop-corn, des débats et des intervenants, des tarifs défiant toute concurrence. La famille Utopia, ce sont surtout ses spectateurs qui, mieux que des agences de communication, soutiennent une certaine idée du cinéma et participent activement au divers événements comme les petits-déjeuners réguliers où chacun apporte et fait partager ses viennoiseries préférées!

Anne-Marie Faucon, co-fondatrice d’Utopia, revient en exclusivité pour Salles-cinema.com sur cette aventure humaine et culturelle participative.

INTERVIEW AVEC ANNE-MARIE FAUCON, CO-FONDATRICE DES CINÉMAS UTOPIA:

Comment est né Utopia?

Nous étions une petite poignée de fauchés pour qui le cinéma était le seul moyen de voir ce qui se passait ailleurs. Ailleurs, à ce moment-là il s’en passait des choses! J’étais infirmière en psychiatrie et Michel Malacarnet était étudiant en histoire. Le cinéma contestait, vibrait de plein de révoltes… On manifestait dans les rues, mais aussi dans les films.

Tout dans les années 1970 incitait à prendre sa vie en main, à changer l’ordre annoncé des choses: « Coup pour coup » de Marin Karmitz, « The Molly Maguires » de Martin Ritt, « Le Joli mai » de Chris Marker et beaucoup d’autres films illustraient ce propos.

L’aventure Utopia débute ainsi en province, loin de Paris…

Les films les plus intéressants ne parvenaient pas en province, on n’avait aucun moyen dans notre bled de voir des films en version originale. On a commencé à se dire que, pour changer nos vies, le meilleur moyen était de faire un cinéma sur mesure, pour les gens qui nous ressemblaient. Un cinéma pas cher, nourri de toutes les cultures, exclusivement en VO et comme, selon nous, le cinéma était d’abord un outil de réflexion et de remise en question, on organiserait, une fois l’objectif atteint, des rencontres et de débats.

On connaissait à Aix-en-Provence une salle de patronage sur la place Miollis, pour laquelle une association diocésaine nous fit un bail de trois ans. Pour trois francs six sous, nous avons récupéré deux vieux projecteurs, contemporains de Buster Keaton, qui fonctionnaient au charbon! Nous avons entrepris dans la salle une jolie décoration style grand-mère: tapisseries à fleurs, tableaux aux murs… Nous avons appelé la salle le 16/35. Deux ans après, nous ouvrions, juste à côté dans un garage, l’Arsenal d’une capacité de 70 places.

Le premier film programmé dans dans la salle du 16/35 était « Le bonheur dans vingt ans ». C’était une époque épique et dense avec des mouvements comme le MLAC, le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, les mouvements lycéens, les grèves de la faim des sans-papiers (déjà)…. L’atelier de sérigraphie avec lequel on était supposés tirer des affiches pour le cinéma tourna très vite à plein régime. Et rapidement, le cinéma devint un foyer de contestation, au grand désespoir de la hiérarchie de l’Église qui décida alors de nous congédier de la salle d’Aix.

La première salle à l’enseigne Utopia ouvre à Avignon…

En 1973, le directeur de l’Institut Américain d’Aix-en-Provence dirigeait aussi celui d’Avignon. Il appréciait beaucoup notre programmation et nous proposa un jour, puisque l’Église ne voulait pas de mécréants aussi agités, de nous installer au rez-de-chaussée de son institut d’Avignon. Nous étions sans le sou, il proposa de nous donner l’équivalent de 10 000 euros dont nous avions besoins installer une nouvelle salle. En échange de quoi il nous demanda un loyer. Nous bricolions tout nous mêmes.

La première salle Utopia a ouvert ses 130 places en avril 1976 au rez de chaussée de la Chapelle Saint-Antoine d’Avignon avec, à l’affiche, « Save the tiger » de John G Avildsen et « La fontaine d’Aréthuse » d’Ingmar Bergman.

Comment obteniez-vous les copies des films?

S’alimenter en films était alors une tâche compliquée. L’exploitation était tenue en main par des roitelets locaux qui nous voyaient d’un sale œil venir glaner sur leurs terres. On nous laissait les miettes et on nous les faisait payer à prix d’or contre remboursement. Mais ces miettes étaient le meilleur du cinéma! Nous avons commencé à écrire et à tout raconter à nos spectateurs, leur demandant de nous prêter main forte, s’ils voulaient que notre utopie arrive à exister.

Une association s’est constituée autour de nous: les spectateurs nous envoyaient des chèques quand on nous coupait l’électricité ou lorsqu’on devait retirer les films en gare qu’on recevait « contre remboursement ». Ils achetaient aussi des abonnements pour nous permettre de tenir le coup. Les entrées progressaient malgré le peu de notoriété des films: chacun avait le sentiment de découvrir des merveilles qu’on ne voyait nulle part ailleurs.

Utopia devient alors une aventure collective dans laquelle les spectateurs sont acteurs…

Un jour, une menuiserie s’est libérée juste à côté de la première salle à Avignon. Un spectateur psychiatre a donné sa garantie pour qu’on fasse un emprunt. Un autre spectateur maçon, d’origine italienne, a pris en charge les travaux de construction, en priant la bonne mère pour qu’on puisse le payer!

Pendant ce temps, tous ceux qui venaient à Utopia apprenaient à tout faire avec l’idée qu’il fallait ouvrir des salles un peu partout pour « bâtir une alternative à la domination des trust » (sic). C’est à dire un « marché » pour les films qui ne parvenaient pas en province. Des « permanents d’Utopia » essaimaient pour prendre en main des salles dans diverses villes…

S’en sont suivies des années très compliquées et très acharnées: des dépôts de bilan, des difficultés financières constantes… Mais peu à peu, grâce au soutien très fort et très constant des spectateurs de plus en plus nombreux, nous avons pu tenir, développer une image forte qui a fini par s’imposer aux distributeurs de films eux-mêmes. Ces derniers s’aperçurent peu à peu que l’acharnement qu’on mettait à mettre en place une information massive pour les films qu’ils nous confiaient finissait par payer pour eux-mêmes.

Ci-dessus: une séance de travail des membres des cinémas Utopia du sud de la France.

Au début des années 1980, le cinéma connaît une crise…

La profession, progressivement se renouvela. Les gros distributeurs fermaient peu à peu leurs succursales de province, de nouveaux arrivaient sur le marché, les mentalités évoluaient. Jean Labadie arrivait chez MK2… Et nous pouvions enfin programmer des films un peu mieux « médiatisés » comme « Extérieur nuit » ou « Rue Case Nègres ».

Au niveau du Ministère de la Culture, on prit conscience que la situation était grave et que de nombreuses salles allaient effectivement disparaître. On commanda à Dominique Brault un rapport qui fait toujours référence mais qui a hélas disparu dans un fond de tiroir. Pour la première fois, un exploitant monta en première ligne: Alain Cramier, directeur du cinéma Méliès à Saint Étienne, osa un référé devant les tribunaux contre Warner pour refus de vente et pratiques discriminatoires. Ce fut « l’affaire Bird » qui révéla au grand jour les dysfonctionnement du marché.

Un regroupement d’indépendants, avec Alain Cramier à sa tête, fit imprimer le rapport Brault pour le diffuser abondamment ouvrant une brèche dans laquelle il ne restait qu’à s’engouffrer. Dans la foulée, des réunions de concertation avec les instances professionnelles aboutirent à la création d’un poste de Médiateur du Cinéma, de l’Agence pour le Développement Régional du Cinéma (ADRC). L’Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC) vit également le jour à cette époque.

Utopia perdit-il également quelques plumes?

En quelques années, une sorte de révolution culturelle se mit en place avec, hélas, son lot d’effets pervers mais la chose nous permit enfin de respirer. Après l’incendie des salles Utopia de Valence, deux ou trois salles Utopia furent en dépôt de bilan (Manosque, puis Bayonne et Toulon). Non par manque de public, mais sans moyens de départ, sans possibilité d’emprunts, avec des films arrivant toujours trop tard.

Nous résolûmes de concentrer nos forces sur quelques lieux avec une remise en question radicale de notre fonctionnement. Le nom Utopia fut déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), une charte fut rédigée qui permettait de structurer les salles entre elles. Libre aux salles qui ne voulaient pas adhérer à la charte de continuer de leur côté en toute indépendance comme à Montpellier où Utopia devint Le Diagonal, ou au cinéma de Bollène qui devint le CLAP.

A Paris, un cinéma Utopia ouvre ses portes…

Simon Simsi (exploitant de salles de cinéma, aujourd’hui à la tête du Vincennes, ndlr) souhaitait vendre deux de ses petites salles de la rue Champollion au cœur du Quartier Latin. L’IFCIC nous apportant sa caution, sans apport personnel, il nous fallut emprunter sur 7 ans la totalité de la somme. Nous avons pris conscience que Paris n’était pas différent de la province et qu’il était possible d’établir avec les spectateurs des relations de connivence.

Grâce à Mamad Haghighat qui faisait partie de notre équipe, nous pûmes organiser sans aide sept festivals de films venus tout droit d’Iran avec des films comme « Où est la maison de mon ami », « Bashu » et beaucoup d’autres films du monde dont personne ne voulait comme « Les Baliseurs du désert ». Ce film tunisien, nous l’avons sorti « seul à Paris » et il a engendré près de 20 000 entrées.

La petite salle s’était fait une place, payait ses emprunts, avait été rénovée… Lorsque la propriétaire du Rio de Toulouse nous fit savoir qu’elle voulait se débarrasser de ses salles, nous n’avons pas hésité une seconde. Avec le prix de la vente des salles de la rue Champollion à Paris, nous avons décidé de racheter Le Rio toulousain qui n’était pas en bon état.

Utopia reviendra-t-il à Paris?

Pour réussir un lieu comme en province, il faudrait créer 6 petites salles entre 70 et 180 places, un bistrot sympa, éditer une petite gazette… Ça marcherait du feu de Dieu! Mais le coût de l’immobilier est un obstacle immense: les loyers sont énormes, les investissements plus chers et les travaux plus compliqués.

Après la capitale, c’est la dans la banlieue parisienne qu’Utopia grandit.

Sur invitation de la Mairie mais toujours sans autre aide qu’un cautionnement d’emprunt, nous avons ouvert les 4 petites salles (315 places) de Saint-Ouen l’Aumône. Ce cinéma rencontrait déjà un beau succès et son exploitation nous permit de nous renforcer peu à peu, tandis qu’à Avignon, Utopia se voyait menacé par la remise en question de son bail.

A Avignon, Utopia s’agrandit pendant ce temps…

De toutes les péripéties qu’Utopia a connues, il y eut un moment charnière qui donna à l’ensemble une belle impulsion: nous rencontrâmes au début des années 1990 la directrice nouvellement nommée du Crédit Coopératif d’Avignon qui se pencha sur notre cas et, étudiant le fonctionnement du Fond de Soutien, démontra à sa direction que, malgré des fonds propres chroniquement négatifs, nous accorder des prêts plus conséquents nous permettrait de nous développer harmonieusement. L’IFCIC fut de la partie là encore.

C’est ainsi qu’en 1993 Utopia s’installait à la Manutention à Avignon, rénovait les salles de Toulouse et enregistrait pour la première fois un petit bénéfice. Le bonheur au bout de 20 ans, en quelque sorte…

Quelle est votre stratégie d’implantation des salles Utopia?

On a réagi à des propositions, à des rencontres… On pourrait se développer beaucoup plus, car on est beaucoup sollicités. Mais l’humain est primordial: nous n’accepterions des nouveaux projets que si dans nos rangs, il était possible de trouver des collaborateurs prêts à prendre en charge de nouvelles aventures avec la même cohérence.

Par contre, nous « accompagnons » de nouvelles salles qui ne s’appelleront pas Utopia, mais pour lesquelles on nous demande des conseils. Des choses sont en train d’évoluer dans beaucoup de salles indépendantes.

On associe Utopia à un cinéma engagé, avec des partis-pris très forts…

La réponse est dans notre histoire… A quoi servirait d’ailleurs la culture en général et le cinéma en particulier, s’ils n’étaient le moyen de s’interroger sur la vie, le monde dans lequel nous sommes. Dès lors qu’on s’interroge, comment pourrait-il être possible qu’on n’ait pas envie d’aller plus loin et de mettre notre grain de sel dans l’évolution permanente des choses en essayant de les tirer vers le meilleur plutôt que vers le pire?

Les films qu’on programme, les films Art et essai, pullulent d’interrogations, de remises en question, de propositions… Et vous voudriez qu’on fasse comme si tout cela était neutre?

Comment impliquez vous la grande famille Utopia dans cette démarche?

Ceux qui sont venus vers Utopia et y sont restés, l’ont fait parce qu’ils partagent un état d’esprit, une façon d’aborder le cinéma et partagent en général une certaine conception du rôle de la salle de cinéma, du rapport aux spectateurs, à l’environnement de la ville… Certains mêmes jouent très vite un rôle moteur, apportent un renouvellement qui bouscule.

D’un point de vue juridique, chaque cinéma est géré par une structure autonome, qu’elle soit en association ou en SARL. Les cinémas Utopia envisagent à court terme de muter en SCOP (Société coopérative et participative) dans laquelle les salariés deviendront des coopérateurs.

Chronologie:

1973: Utopia investit une petite chapelle désaffectée à Avignon et ouvre une salle de 130 fauteuils.
1987: ouverture de 4 salles à Saint-Ouen l’Aumône.
1993: à Avignon, Utopia s’installe à la Manutention (4 salles), en plus de la salle du République.
1993: Utopia reprend le cinéma Rio de Toulouse (3 salles).
2000: cinq salles dans l’ancienne église Saint-Siméon sont créées à Bordeaux.
2003: à Tournefeuille, près de Toulouse, inauguration de 4 salles.
2008: reprise des deux salles du Diagonal Campus de Montpellier.
2013: Utopia fête ses 40 ans.

Sur le même thème:

> « Multiplexe, ce n’est pas un gros mot! » par Guillaume Fourrière du CinéMarivaux à Mâcon.

> « Donner le meilleur de moi-même » par Jean-Jacques Schpoliansky du cinéma Balzac à Paris.

> « Les cinémas Art et Essai doivent afficher leurs différences » par Cyril Jacquens du cinéma Devosge à Dijon.

> « Orienter le public vers l’Art et Essai » par Patrick Dallet du cinéma le Vivarais à Privas.

> « Du cinéma d’auteur pour tous! » par Cyril Désiré du cinéma le Navire à Valence.

> « Souvenirs d’un cinéphile toulousain » par Claude Guilhem, ancien journaliste de radio et de télévision.

 

2015-11-11T14:36:17+00:00 7 juillet 2013|

9 Commentaires

  1. […] > Voir l’interview d’Anne-Marie Faucon, co-fondatrice des cinémas Utopia. […]

  2. […] > Voir l’interview d’Anne-Marie Faucon, la cofondatrice des cinémas Utopia. […]

  3. Eyvrard Léonie 14 novembre 2014 à 9 h 24 min

    Bonjour, je suis actuellement en BTS d’architecture d’intérieur, je suis en train de monter un projet (fictif) concernant la réhabilitation de la chapelle saint antoine d’Avignon, je dispose des plans, et j’aurais aimé savoir s’il était possible de disposer des plans du cinéma Utopia situé rue saint antoine à Avignon, afin de le « rénover ». Je précise que ces plans ne seront pas divulgués et constitueront seulement ma base de travail personnel.
    Je vous remercie de votre attention, dans l’attente d’une réponse, passez une bonne journée. Cordialement Mlle Léonie Eyvrard

  4. Salles-cinema.com 8 octobre 2013 à 22 h 00 min

    Anne-Marie Faucon n’a effectivement pas mentionné l’Utopia de Villefranche-sur-Saône lors de notre interview. Peut-être une aventure qui n’a pas rencontré le succès escompté?

  5. Nathalie GARRET 5 octobre 2013 à 13 h 31 min

    Vous n’évoquez pas dans votre historique le cinéma Utopia qui a ouvert en 1987 à Villefranche sur Saône?

  6. Claude Guilhem 15 juillet 2013 à 18 h 17 min

    Voila une précision intéressante sur Saint-Lizier ; c’est vrai la décoration est sympa et j’avais totalement oublié que le Rio avait déjà été compartimenté avant l’installation d’Utopia.

    En tout cas je vous confirme que vos habitués sont  » accros « !

  7. Anne-Marie Faucon 15 juillet 2013 à 14 h 38 min

    Le Rio avait déjà fait trois salles et de fait, on s’est contenté de réduire le nombre de places de la plus grande salle pour agrandir l’écran, casser le bocal avec hygiaphone hideux qui servait de caisse au beau milieu de l’escalier, virer le carrelage en marbre, mettre des balustres, décorer en rajoutant anges, aigles et tableaux… casser les salles eut coûté beaucoup trop cher, et on a changé le moins de choses possibles, juste l’ambiance.
    La fresque est classée: ce sont les muses de la musique et on a eu la surprise récemment d’en trouver une reproduction et un texte explicatif au musée du Palais des Évêques à Saint Lizier…

  8. Nico 8 juillet 2013 à 14 h 49 min

    Bravo très bel article !
    Je connais bien les 2 cinémas à Avignon, pour les avoir fréquenté dans ma période étudiante.

  9. Claude Guilhem 8 juillet 2013 à 13 h 37 min

    Passionnant , intelligent et courageux !
    J’ai appris et compris bien des choses. J’aimerais ajouter qu’à Toulouse l’ancien Rio avait, sans doute par inconscience, dissimulé derrière un coffrage en plâtre une sorte de sculpture genre bas-relief. Utopia, dans ses travaux de rénovation l’a remise à la vue de tous, et cela aussi c’est une belle initiative.
    A mon avis, partagé par de nombreux toulousains, trois salles sur l’emplacement de l’ancien Rio c’est trop. Mais personne n’est parfait…

Laisser un commentaire