Cinéma Paramount à Paris

/Cinéma Paramount à Paris

Cinéma Paramount à Paris

Adresse: 2 boulevard des Capucines à Paris (9ème arrondissement)
Nombre de salles: 1 puis 7

Le cinéma Paramount est inauguré le 24 novembre 1927 en lieu et place du théâtre du Vaudeville, une salle de spectacle créée au début du XIXème siècle. C’est Adolph Zukor, cofondateurs de la Paramount Pictures, qui initie l’ouverture durant les années 1920 de nombreux temples du cinéma à l’enseigne du célèbre studio.

Ci-dessus: La façade du Paramount en 1951 avec à l’affiche « Samson et Dalila ».

Le Paramount, « le Ritz des cinémas parisiens ».

Le Paramount devient dès son inauguration un des plus luxueux cinémas de la capitale. Il adoptera le slogan « Le Ritz des cinémas parisiens » en référence au palace de la place Vendôme. Les proportions de la salle sont impressionnantes: sur trois niveaux l’orchestre, la mezzanine et le balcon totalisent une capacité de 1920 fauteuils. Le premier balcon est nommé mezzanine, un terme italien que les américains ont repris et qu’on nommait en France premier balcon.

L’hebdomadaire Comoedia commente alors l’ouverture de la salle: « La scène a 12 mètres de large sur 8 mètres de profondeur. L’écran d’origine à une surface de 15m2 (5 mètres de large et 3 mètres de haut). La presse annonce que la projection se fait de face à 30 mètres. La fosse d’orchestre pour 35 musiciens est placée à 3 mètres au dessous de l’orchestre. Des orgues spécialement construites pour le théâtre peuvent à la fois exécuter des morceaux classiques et reproduire les instruments de jazz ainsi que des bruits. »

La cabine de projection est une vaste galerie spacieuse qui est située au faîte de la salle et comporte quatre appareils plongeant sous un angle de 22° ½. Les 20 000 mètres cubes d’air sont renouvelés entièrement six fois par heure grâce en partie par de l’air frais capté à 25 mètres au dessus du sol ainsi que par le renouvellement de l’air de la salle, purifié, rafraîchi en été et réchauffé en hiver. Ce système de ventilation, inconnu dans la France de 1927, sera beaucoup mis en avant sur les publicités de la salle, un atout majeur face aux cinémas concurrents.

Ci-dessus: la salle avec balcon et mezzanine du Paramount en 1927.

Le film inaugural du cinéma Paramount est « Chang » de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, un film d’aventures produit par le studio. Se succèdent les grands films muets de la Paramount, à l’instar du film à succès « Les Ailes » de William A. Wellman sorti le 23 novembre 1928.

Le 28 juin 1929, le cinéma annonce « Venez entendre Maurice Chevalier » pour promouvoir la sortie de « La Chanson de Paris » de Richard Wallace, le premier film du chanteur tourné aux Etats-Unis et produit par le studio. Maurice Chevalier, alors une des stars du studio, voit ses films sortir dans la majestueuse salle des grands boulevards, en particulier ceux tournés par Ernst Lubitsch « Parade d’Amour » le 28 février 1930 et « Paramount en parade » le 5 décembre 1930. Les attractions qui accompagnent chaque programme sont fastueuses.

Ci-dessus: façade du cinéma Paramount avec « Nuits de feu » de Marcel L’Herbier en 1937.

La salle des grandes productions du studio américain.

Dès 1928, le cinéma Paramount institue le « spectacle permanent » qui débute dès 9h30 jusqu’à 2h15 du matin, soit huit représentations quotidiennes. Un spectacle sur scène est alors présenté cinq fois par jour.

La firme américaine s’installe dans les studios de Joinville dès 1930 et supervise le tournage de plans de raccords des films américains pour leur exploitation en France. De nombreux films français sont également produits par la Paramount comme en 1932 « Une petite femme dans le train » de Karl Anton, « Compartiment de dames seules » de Christian-Jaque en 1934 et « L’Ecole des contribuables » de René Guissart. Ces œuvres feront les beaux jours de la salle du boulevard des Capucines, en alternance avec les productions américaines du studio: « Cléopâtre » et « Le Signe de la croix », tous deux de Cecil B. DeMille et « Les Trois lanciers du Bengale » de Henry Hathaway.

Pendant la période de l’Occupation, le nouvel exploitant Roger Richebé obtient un bail de quatre ans pour sa salle dont la gestion échappe aux allemands alors que la Continental contrôle la plupart des grandes salles d’exclusivité. Les films réalisé par Roger Richebé sont à l’affiche du cinéma: « Madame Sans-Gêne » le 7 octobre 1941, « Les Jours heureux » le 24 décembre et « Romance à trois » le 17 juin de l’année suivante.

Ci-dessus: la façade du Paramount le 1er mars 1935 pour la sortie des « Trois Lanciers du Bengale » Henry Hathaway.

Les grandes premières se succèdent dans la salle du Paramount. En 1935, Gary Cooper et Henry Hathaway assistent au gala de sortie des « Trois Lanciers du Bengale ». Deux ans plus tard, Shirley Temple provoque une émeute. Des années plus tard, les premières de « Paris brûle t-il? » de René Clément en 1966 et « Borsalino » de Jacques Deray en 1970 seront abondamment commentées par la presse.

A la Libération, la Paramount y programme ses films avec, le 22 décembre 1944, « Les Voyages de Gulliver » de Dave Fleischer sorti aux Etats-Unis en 1939. La salle alterne les sorties maison ainsi que des productions françaises, les accords Blum-Byrnes ayant fixé des quotas de quatre semaines sur treize réservées à l’exploitation de films français. Ainsi, « Antoine et Antoinette » de Jacques Becker, « Messieurs Ludovic » de Jean-Paul Le Chanois alterneront avec les films de Billy Wilder « Assurance sur la mort » ou « Le Poison ».

Ci-dessus: la salle rénovée du Paramount en 1957 pour accueillir « Les 10 Commandements ».

Le 22 décembre 1954 débarque au Paramount l’écran large Vistavision, un procédé du studio qui concurrence le Cinémascope de la Fox. Les films d’Alfred Hitchcock tournés pour le studio sortent dans la majestueuse salle du boulevard des Capucines: « Fenêtre sur cour » le 30 mars 1955, « La Main au collet » le 23 décembre de la même année, « Mais qui a tué Harry? » le 7 septembre 1956 après une exclusivité au cinéma Monte Carlo des Champs-Elysées. Suivront « L’Homme qui en savait trop » le 12 octobre 1956, « Sueurs froides » le 30 janvier 1959 et enfin « Psychose » le 2 novembre 1960. Mais l’événement de cette décennie reste la sortie du film de Cecil B. DeMille « Les Dix Commandements » qui occupe l’affiche le 17 janvier 1958 et y reste 32 semaines.

Ci-dessus: Brigitte Bardot à l’affiche du cinéma Paramount en 1956 avec le film « La Lumière d’en face » de Georges Lacombe.

Ci-dessus: façade du cinéma Paramount avec « Hatari » de Howard Hawks en 1962.

Le cinéma Paramount restructuré en un complexe de sept salles.

Durant les années 1960, la fréquentation de la salle reste à un haut niveau. A l’heure où les salles mono-écran sont transformées en multisalles, le Paramount inaugure en 1972 une « salle circulaire » de 400 fauteuils: dotée d’un écran incurvé de 11 mètres de base, elle est créée dans les sous-sols du bâtiment.

Ci-dessus: la nouvelle « salle circulaire » du cinéma.

Ci-dessus: le hall d’accès à la « salle circulaire ».

Désormais équipé de deux salles, le Paramount continue sa mutation: la grande salle ferme pour être restructurée en un vaste complexe cinématographique. Durant les travaux, seule la nouvelle « salle circulaire » reste ouverte à l’exploitation avec notamment « Le Dernier Tango à Paris » de Bernardo Bertolucci qui tient l’affiche de nombreux mois.

C’est en 1974 que rouvre sous l’enseigne Paramount-Opéra le complexe flambant neuf de sept salles. La grande salle de 800 fauteuils est équipée d’un écran de 20 mètres de base: elle est créée sur les vestiges du deuxième balcon. Les salles 2 et 4 sont construites dans les anciens orchestre et premier balcon. Trois nouvelles salles de tailles plus modestes sont ouvertes dans les dépendances de l’ancien théâtre. Enfin, la « salle circulaire » est conservée à l’identique.

Le Paramount-Opéra est alors un grand cinéma populaire, doté de qualités techniques optimales, et affichant les grands exclusivités en version française.

Ci-dessus: le nouveau hall du Paramount-Opéra en 1974.

Ci-dessus: parmi les nouvelles salles créées du Paramount-Opéra en 1974, la Salle 4.

Le Paramount-Opéra passe sous l’enseigne Gaumont.

En 2009, après quatre-vingt années d’exploitation par la Paramount, le complexe est cédé à la Gaumont qui le renomme Gaumont Opéra Capucines, puis simplement Gaumont Opéra. Des vestiges Art-déco subsistent dans l’actuel cinéma notamment dans le foyer.

Le Gaumont Opéra est exploité conjointement avec les deux autres complexes de la firme à la marguerite: le Gaumont Opéra Français et le Gaumont Opéra Premier (ancien cinéma Berlitz).

Voir la salle Gaumont Opéra (ex-Paramount Opéra).

Photos du cinéma Paramount au fil des ans:

Ci-dessus: hall du cinéma Paramount en 1948.

Ci-dessus: « Le Joyeux barbier » à l’affiche de la façade rénovée du Paramount le 24 décembre 1948.

Ci-dessus: « Les Conquérants du Nouveau Monde » à l’affiche du Paramount le 26 mai 1950.

Ci-dessus: « Strategic Air Command » à l’affiche le 7 octobre 1955.

Ci-dessus: « Noël blanc » de Michael Curtiz à l’affiche du Paramount en 1954 en Vistavision.

Ci-dessus: vue des balcon et mezzanine de la salle en 1957.

Ci-dessus: la salle en 1957.

Ci-dessus: l’enseigne lumineuse du cinéma.

A l’affiche du Paramount:

Ci-dessus: Alfred Hitchcock au Paramount avec « L’Homme qui en savait trop » le 12 octobre 1956.

Voir la salle Gaumont Opéra (ex-Paramount Opéra).

Remerciements: M. Thierry Béné.

Documents: La Cinématographie française

Photo à la une: « Fedora » de Louis Gasnier (1934) avec Marie Bel à l’affiche du Paramount – collection particulière.

2018-11-26T17:54:21+00:00 8 mars 2018|

6 Commentaires

  1. Thierry 26 mars 2018 à 12 h 22 min

    Merci beaucoup Matthieu pour ces informations et ces précisions.

  2. Matthieu 25 mars 2018 à 13 h 07 min

    Thierry,
    Vous avez raison, ce n’est pas la salle 3 de 900 places issue de l’ancien balcon 2ème car trop plate et sans les issues de secours de part et d’autre de la scène.
    Il s’agit en fait de l’ancienne Salle 2 de 1100 places, issue de l’ancien orchestre et 1er balcon. Ensuite la salle 2 sera divisée en Salles 2 et 4 en 1978 (600 et 400 places), quatre ans plus tard. 2 salles assez longues et étroites avec chacune un balcon. Puis dans les années 90, le volume des salles 2 et 4 sera a nouveau changé. La salle 2 récupère toute sa largeur et son balcon et la salle 4 se situera au fond de l’orchestre de la salle 2 (sous le balcon de la salle 2). La salle 2 a alors 610 places et la salle 4, 240 places. Puis en 2006/2007, nouvelle rénovation avant la vente à Gaumont, et effectivement la salle 2 va être reconstruite en gradin et va perdre son orchestre et balcon. Le volume de la salle 4 (sous les gradins de la salle 2) est alors découpé en 2 salles de 150 et 120 places.

    Du coup, sur la photo en question, c’est à priori le volume intact de l’ancien 1er balcon et orchestre suite au découpage en 2 de l’ancienne et unique salle du Paramount.

    Ces 2 liens expliquent bien l’évolution du volume de 1974 à 2007:

    http://www.silverscreens.com/paramount1.php

    http://www.silverscreens.com/paramount-travaux.php

  3. Thierry 21 mars 2018 à 20 h 17 min

    Bonjour Matthieu,

    La presse corporative de l’époque ne précise pas quelle salle c’était, mais je pense qu’il s’agit de la salle 4 du rez-de-chaussée (correspondant à l’orchestre de l’ancienne salle unique) et qui avait un balcon (construit à partir de l’ancienne mezzanine).

    Une autre salle jumelle (mais plus petite) avec balcon occupait le reste de l’espace de l’ancien orchestre. Cette salle 4 a été modifiée plusieurs fois et peu avant la vente par PARAMOUNT à GAUMONT. Les espaces de circulation étant modifiés, la salle a été reconstruite en gradins en supprimant le balcon. La salle du haut est beaucoup plus en gradins et on peut retrouver les portes de sorties de l’ancien balcon de chaque côté de la grande salle (ce que l’on ne voit pas sur la photo de 1974.

  4. Matthieu 20 mars 2018 à 17 h 57 min

    Je suis ému par les photos de 1974. Elles sont superbes. Je me rappelle bien de cette époque. Le Paramount était le plus fréquenté de la capitale et l’image et le son était d’un excellent niveau.

    Il me semble que la photo de la « Salle 4 » en 1974 soit en réalité une photo de la « salle 3 », ancien balcon et la plus grande salle du cinéma après la rénovation de 1974. Elle avait 900 places et un écran de 20 mètres. C’est l’actuelle salle 1 du Gaumont Opéra (aujourd’hui, autour de 750-800 places), le volume est inchangé depuis 1974.

    N’hésitez pas à partager d’autres photos du Paramount dans les années 70 mais aussi 80, 90 et 2000. En tant qu’éternel amateur du Paramount, je serais comblé!

  5. Julie L. 8 mars 2018 à 13 h 57 min

    Bravo pour ce bel article d’un cinéma heureusement toujours en activité!
    La façade est superbe et l’actuelle grande salle magnifique avec ses cariatides qui sont l’oeuvre de Jules Salmson.

  6. Christophe 8 mars 2018 à 13 h 35 min

    Très bel article sur ce mythique cinéma parisien avec de magnifiques photos. La façade a malheureusement perdu pas mal de sa superbe depuis son rachat par Gaumont-Pathé.

Laisser un commentaire