Ancien cinéma Marivaux à Paris

/Ancien cinéma Marivaux à Paris

Ancien cinéma Marivaux à Paris

Ancien cinéma Marivaux, boulevard des Italiens à Paris

Adresse: 15 boulevard des Italiens à Paris (2ème arrondissement)
Nombre de salles: 1 puis 4
Fermeture définitive.

Ne cherchez plus le Marivaux sur les grands boulevards parisiens: un restaurant a pris la place de cette belle salle inaugurée en 1919. En juin de cette même année, le Marivaux ouvre son rideau dans une vaste salle unique.

Le Marivaux fut l’un des nombreux cinémas – aujourd’hui fermés à l’exception de l’UGC Opéra, du Gaumont Opéra Français, du Gaumont Opéra Premier et du Gaumont Opéra Capucines (ex Paramount), qui s’étendaient tout le long de ce boulevard populaire. Mieux, sa salle de 1200 fauteuils accueillait les exclusivités et décidait, avec d’autres grands cinémas parisiens, de la carrière d’un film.

Repris par Pathé puis par Parafrance, le circuit des frères Jo et Samy Siritzky, le cinéma voit sa grande salle restructurée en 1976 en un complexe de trois salles sous l’enseigne Paramount Marivaux. Mais la faillite de Parafrance, prononcée en 1984, voit le démantèlement des nombreux cinémas du circuit.

Le Marivaux subsiste quelques années et ouvre une quatrième salle en 1988. A cette époque, il possède ainsi quatre salles de 490, 475, 100 et 90 fauteuils. Mais le cinéma, repris par les frères Stevens, finit par fermer définitivement ses portes en 1992.

Photo: collection particulière du Marivaux en 1941 – Tous droits réservés.

2015-05-15T06:05:01+00:00 12 mai 2015|

8 Commentaires

  1. Odile Frank 30 juillet 2017 à 15 h 30 min

    « Quadrille d’amour » est sorti au cinéma Le Marivaux le 24 janvier 1935 avec Irène de Zilahy, Pierre Brasseur et Pierre Mingand, Mise en Scène de Germain Fried et Dialogues de Jacques Natanson, et « fauteuils à partir de 10 fr. »….

  2. […] La Passion de Jeanne d’Arc est sorti à Paris le 26 octobre 1928  au cinéma Le Marivaux. […]

  3. Fabrice Ferment 2 mai 2016 à 8 h 37 min

    Bonjour, en charge de la numérisation des archives comptables du CNC (programmation – entrées – recettes), je peux vous donner les indications suivantes :
    la salle 4 ferme ses portes le 6 mai 1986 avec le film « Dressage » (411 entrées)
    la salle 1 : le 1er juillet avec « Le dernier survivant » (653 entrées)
    la salle 2 : le 1er juillet avec « le diamant du Nil » (1520 entrées)
    la salle 3 : le 1er juillet avec « Young blood » (1337 entrées)

    Fabrice Ferment

  4. […] le 26 octobre 1928 que sort en exclusivité La Passion de Jeanne d’Arc  au cinéma Le Marivaux comme nous le montre cet encart paru dans la revue Cinémagazine du 26 octobre […]

  5. Salles-cinema.com 13 mai 2015 à 10 h 12 min

    Quel mal au cœur de se remémorer toutes ces fermetures, cher Philippe!

    A propos du Helder, aujourd’hui reconverti en un restaurant d’une grande chaîne de fast-food que je ne citerai pas(!) , un article avec une photo inédite est en préparation.

    Bravo également pour votre site Ciné-Façade que je recommande vivement aux lecteurs de Salles-cinema.com.

  6. Philippe célérier 13 mai 2015 à 9 h 14 min

    Et j’ajouterai l’UGC Opéra du bd des Capucines (7 salles), le Gaité-Boulevard, le Gaumont-Richelieu, le Gramont ex-Opéra Night, l’UGC Opéra 1 ex-Helder…

    A Paris les fermetures dans ces terribles années sont effrayantes… 35 salles en 1985, 46 salles en 1986, 40 salles en 1987, 32 salles en 1988, 26 salles en 1989, 11 salles en 1990 !

    Quelle tristesse…

  7. Salles-cinema.com 13 mai 2015 à 6 h 11 min

    Merci Philippe pour ces précisions.

    La liste des cinémas des grands boulevards qui ont fermé dans les années 1980 est effrayante!

    Citons le Pathé Impérial, le Lumière, le Midi-Minuit, le Hollywood Boulevard de René Chateau, le Maxéville et tant d’autres…

  8. Philippe célérier 12 mai 2015 à 21 h 58 min

    Bonsoir,

    Très belle photo !

    Le cinéma n’a pas fermé en 1992, mais six années auparavant : le 13/05/86 pour la salle 4, et le 01/07/86 pour les salles 1 à 3.

    Le milieu des années 80 a été une véritable hécatombe pour les salles parisiennes, hélas !

    Cordialement.

Laisser un commentaire